RèglesConnexionS'enregistrerCalendrierFAQAccueil

Partagez | 
 

 Le Messie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le-Messie

avatar

Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Le Messie   Lun 15 Jan - 0:04

[HRP]RP très très long, accrochez vous bien, et ce n'est que le début d'une très longue série de RPs, dans la suite sera élucidé quelques mystères.[/HRP]

**.*.*.*.*.*.*.*.*.*.**


[*] Tel est ton destin, tu te dois de le garder, de l'accomplir et de ton anathème t'accomoder.


* Il se réveille enfin. Cette phrase lui revient souvent lors de ses rares moments de Repos, par grâce celui-ci n'est pas éternel.

Dans ce rêve, un homme séculaire habillé d'une toge siège au centre du Chaos. Dans ce néant plusieurs hommes se rassemblent et par lent, puis celui-ci vient et lui annonce la phrase. En fait, l'auteur du rêve se plait plus à appeler ceci une vision qu'un rêve car bien qu'il ne soit pas superstitieux il ne croit pas aux coïncidences et n'appelle donc pas un songe quelque chose réapparaissant toutes les Paisibles Nuits, résonnant sans cesse dans son esprit. Ceci tourne à l'obsession, il faut qu'il aille se détendre et sort donc de son Antre par une petite trappe pour se gorger l'esprit de l'autans arpentant la vallée et se remplir la gorge de chair fraiche, pour oublier, et pour le plaisir d'entendre le gargouillis de l'homme que l'on dépèce accompagné de l'ultime râle, si mélodieux son pour son statut.

Il revient enfin au repère, sa chasse a été fructueuse, les poids de deux corps lacèrent sa peau, pour lui en cacher plusieurs parties. Un magnifique philtre Divin rouge de sang s'écoule des deux victimes d'holocauste permettant de distinguer quelques sillons creusés dans la peau du personnage... Des runes, à première vue, en tout un long récit était gravé dans sa peau, et lorsque du sang se répand dans ces sillons-ci, le bleu de sa peau fait ressortir les lettres apparaissantes.

Et c'est dans les miasmes que répandaient ces deux charognes sur son dos, gorgé de sang, qu'il vaque à ses occupations, traversant une rivière puis une forêt encerclant complètement son refuge, il sait où il va, bien que le chemin soit éternellement long et qu'il faille marcher pendant quatre bonnes heures pour rallier son abri à son terrain de chasse, la Voûte Céleste le guide et c'est en suivant les douces lueurs des étoiles qu'il se rapproche au pas de course, le ciel étant plus sûr que ces arbres, qui peuvent parfois être trompeur, il le sait bien. Il se rappelle notamment s'être perdu plusieurs fois dans ces bois sombres au début, pendant plusieurs jours alors qu'il errait simplement à l'exploration de nouveaux territoires, c'est en explorant ces bois pendant des jours entiers qu'il y trouva la cache parfaite : une petit clairière entourée d'arbres ancestraux recouvrant celle-ci de leur épais feuillage, il commença par y bâtir une petite cabane, juste un toit d'une surface lui permettant tout juste de s'y glisser lors des plus violentes tempêtes pour s'y réfugier et quatre supports, avec le temps les éléments ce sont accumulés et maintenant c'est presque un palace qui s'élève sous ce firmament feuillu.

C'est un très bel endroit, ici tout est paisible. Les arbres retiennent le bruit ou les quelques percées de Borée ainsi que celles de l'Aquilon, ce feuillage l'éloigne de tout et cette dense forêt rend impossible l'accès à son repaire, ici, c'est chez lui. Le matin les oiseaux chantent pour le réveiller, le soir le bruit de Borée s'acharnant sur les feuillages le bercent, et quand il revient il est accueilli par le gazouilli de la rivière avoisinante qu'il a ainsi surnommé le Lethé, oui, tout est à lui, ici.

Il dépose ses conquêtes sur deux autels au près de la rivière puis pousse la porte de son abri. C'est une vraie beauté d'architecture, enfin, pour lui. Après des années passées à sa construction, de jour comme de nuit, il est très fier de ce qu'il s'est fait. Tout est en hauteur, c'est une maison avec deux étages dont un très beau balcon au premier, quatre petites tours à chaque coin de la maison, composées de deux étages également délimitent la "maison", mais le plus impressionnant est cet escalier qui sillonne le tronc d'un énorme arbre autour du quel son antre est bâtie, le plus vieux de toute cette forêt, c'est du moins ce qu'il a établit, et dans son feuillage se trouve l'endroit où il dort. Il mène vraiment une vie très paisible là bas, si ce n'est ces cauchemars incessants faisant qu'il ferme ses yeux le moins possible.

Toujours est-il qu’il grimpe maintenant cet escalier à toute jambe, il entre dans la pièce mère de son abri, jette un coup d’œil par la fenêtre aux deux qui se prélassent sur son autel, c’est ainsi qu’il redescend tout aussi vite pour régler cette affaire. *


[*] Oh, Dame, écoute ici mon appel et grâce à ces deux corps rappelle toi qui je suis et ce pourquoi je suis ici, moi, je n’oublie pas.

* Il marque une petite pause car il tire maintenant un pan de sa cape et extrait deux dagues qui reposaient dans son torse, d’un geste brusque il s’ouvre le doigt puis fait couler son sang dans les blessures des deux cadavres, un spasme les parcourt et pendant que les corps s’agitent il récite quelques Te Deum à la mère Sacrieuse. Puis, plus rien, les corps animés par quelques animosités s’arrêtent net, une aura bleutée s’échappe de leurs corps marquant l’arrêt de la manipulation qu’il exerçait sur les flux vitaux de ces cadavres.

C’est-ce moment là que j’ai choisi pour m’approcher de lui, et de prendre de ses nouvelles. Ma toge de moires racle l’herbe de cet espace mystique et, non surpris de m’apercevoir il s’approche maintenant de moi. *


[*] Maître Liod… Faudrait-il que je vous tue pour profaner mon espace sacré ?

[*] Oh… Non. Je te regardais juste faire, communiquer avec notre mère… ton don est réellement grand.

[*] Vous m’avez déjà appris tout ce que vous savez, vous n’avez rien à faire en ce lieu secret, et vous menacez même l’harmonie qui règne ici. Partez maintenant, avant que je ne change d’avis, je vous suis reconnaissant pour ce que vous avez fait de moi, mais je n’aurais jamais dû vous montrer ce lieu, je ne sais pas comment vous l’avez quand même trouvé mais maintenant vous ne saurez plus.

* Il s’approche de moi, me verse un peu de cet occulte sang sur le front puis m’y dessine une rose. Puis je tombe *

[*] Je suis désolé, tu te réveilleras loin d’ici et tu ne sauras plus revenir en ce lieu, maintenant. Vous m’avez beaucoup appris vous savez, mais ces affaires ne sont plus les votre maintenant, c’est à moi de faire cette besogne.

* Et je contemple cet homme tout de moires, les reflets marquant un contraste avec l’herbe verte. Je le charge sur mon dos, puis prend la direction de la Géhenne de la civilisation, pour y remettre cet Ancien sacrieur. Je me fond dans ce peuple comme une ombre encapuchonné, me débarrasse promptement du poids que j’avais sur les épaules en le déposant chez lui, puis m’en retourne en longeant quelques murs. *

[*] Eh, toi là ! Attends moi, tu es un sacrieur n’est-ce pas?

* C’était un sacrieur femelle, un magnifique morceau maculé de sang ! S’en aurait été autrement que je ne me serais pas arrêté, mais j’avais besoin d’en savoir plus sur mon espèce, ce que j’ai appris au près de Maître Liod est très superficiel, ce n’est que le sacré et les rites… Les gens, surtout les femelles, je n’en ai entendu parlé que dans les livres ou lors de quelques raids pour trouver du Flux à manipuler, au loin, j’en apercevais.

C’est ainsi que j’enlève la capuche qui me voilait laissant place à quelques cicatrices, tout en tirant le pan de ma cape. *


[*] Juge le donc par toi-même…

[*] Eh bien, elles sont belles tes cicatrices ! Tu t’es fais ça comment?

[*] Oh, c’est une bien trop longue histoire, dit moi juste comment tu t’appelles ?

[*] Très bonne question ! Je m’appelle Shazya, moi, une fière sacrieuse dévouée à la Terre, et toi donc?

[*] Je n’ai pas de nom, mais on me surnomme depuis ma plus tendre enfance Le Messie, et j’ai voué ma vie à la maîtrise de l’air et de ces cieux nébuleux, comme me l’a susurré maîtresse sa Dame Sacrieuse.

* Il marque une courte pause après cette phrase et scrute le flux des nuages, leurs mouvements, leurs apparitions puis disparitions. *

[*] Où allais-tu donc comme cela? Tu semblais fuir quelque chose.

[*] Ah… Cela. Je ne fuyais rien d’autre que la civilisation, et je me hâtais à retourner chez moi, c’est relativement loin et il me faut donc me hâter autant que je peux, mais dis moi donc, qu’est-ce que ce sigle sur ton bras ? Ce soleil ?

[*] Eh bien, puis-je t’accompagner chez toi alors ? Je t’expliquerais tout cela en route, Messie.

* Je me pose affreusement de questions au moment où elle me dit tout ceci… Lui faire confiance ? Se rappellera-t-elle du chemin ? Me causera-t-elle quelques irrémissibles actes ?

Puis, après quelques instants de réflexion je me décide enfin à la faire venir, de toute façon elle n’a pas l’air d’être de ceux qui trahissent. *


[*] D’accord alors, mais je suis à quatre heures d’ici, et à bonne allure, prépare toi donc à dormir chez moi, je te donnerais une chambre. Cependant, il faut que tu me promettes de ne pas trahir le lieu où tu iras et que tu gardes secret quoi qu’il arrive ce qui s’y trouve.


Dernière édition par le Lun 15 Jan - 0:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le-Messie

avatar

Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Le Messie   Lun 15 Jan - 0:05

* C’est sur ces mots que nous partons pour la longue route, elle m’explique cette histoire de clan, de guilde, une sorte de confrérie où tous se réunissent sous un même nom : « le Clan du Soleil. » Nous longeons toujours cette rivière, je lui explique donc les milles beautés de ce lieu et la paix qu’inspire ce Léthé surnommé ainsi car il on oublie tout à ses côtés. Nous passons maintenant dans la forêt et tout en passant je lui conte l’histoire de chaque arbre que j’ai appris à connaître au fil du temps et qui sont des personnes bien respectables.

Puis nous arrivons enfin, fier de cette œuvre je lui fais faire le tour de mon abri, lui contant l’histoire de chaque pièce, de ce qu’était ce repaire avant, et je finis par lui montrer la chambre que je lui donne où elle pourra passer quand elle voudra. *


[*] Bien, je te laisse ici, dors bien, Shazya, et bonne nuit.

[*] Bonne nuit à toi Messie, et merci pour ce charmant accueil, à demain.

* Et sur le pas de la porte je l’abandonne puis m’en retourne à mes affaires, ne pas dormir, pour ne pas revivre ces cauchemars d’une autre vie, ces mots que Dame m’a annoncé accompagné de son Conseil, cette mission qu’elle m’a affrété et cette vie qu’elle m’a imposé. *

**.*.*.*.*.*.*.*.*.*.**

Note du 12ème d’Octolliard de l’année 636 après le 2° cycle du Tofu Fou
La vie est paisible le temps que Shazya est ici, elle retourne souvent à la ville mais semble se plaire en ce lieu, elle ne me dérange pas, au contraire, nous parlons souvent et j’en apprend bien plus sur notre famille et la civilisation. C’est vraiment agréable une femelle, et très intéressant. Je mets maintenant quelques dates au récit que je tiens étant donné que Shazya m’a gentiment apprise à compter les jours qui passent.

**.*.*.*.*.*.*.*.*.*.**

Note du 17ème d’Octolliard de l’année 636 après le 2° cycle du Tofu Fou
Aujourd’hui nous avons parlé de nos combats les plus sanglants ! Je lui ai appris quelques rites basiques pour communiquer avec notre Mère. En plus, elle m’a parlé de certains objets, de précieux artefacts permettant d’accroître la force d’un personnage… Il faut que je pense à tout cela plus tard pour être plus efficace dans ma tache pour la Mère.

**.*.*.*.*.*.*.*.*.*.**

Note du 20ème d’Octolliard de l’année 636 après le 2° cycle du Tofu Fou
Aujourd’hui nous avons parlé toute la journée avec Shazya, elle m’a expliquer plus en détail cette histoire de Guilde, elle a décidé de repartir maintenant pour la ville et retourner dans la maison du Clan du Soleil pour expliquer cette disparition soudaine, sans dire où elle était tout ce temps. Elle m’a dit où ce trouvait cette maison, j’y irai demain pour poser ma candidature ! J’ai hâte !

**.*.*.*.*.*.*.*.*.*.**

Note du 21ème d’Octolliard de l’année 636 après le 2° cycle du Tofu Fou
Voici la retranscription de ce qui c’est passé à mon arrivée tôt le matin, pris d’une telle hâte je suis parti presque à minuit, lorsque la Lune était à son apogée :

« **.*.*.*.*.*.*.*.*.*.**


* Les portes de la maison du Clan claquent. On entend quelques cognements signifiant un réveil brutal. Tout le monde descend de l'étage en s'habillant à toute vitesse pour venir à l'encontre de l'inconvenu... Personne n'est attendu !

Dans la hâte, beaucoup ont enfilés les mauvais artefacts. Shazya descend en tête, coiffée de ses acquisitions lors de dures combats contre des Prespic, les plus sages des animaux. Elle est suivie de près par Samus qui porte son slip du chef bwork à l'envers, un peu plus et on le retrouvait sur sa tête et sa jolie coiffe en guise de slip.

Heureusement, cette courte débandade fut vite oubliée lorsque l'invité prit de son plein gré la parole. *

* On entend quelques pleurniches... Cela doit venir du fait que l'invité n'a pas eu à recevoir quelconques tortures pour parler. Une fois que les larmes furent séchées, l'homme reprit enfin la parole d'un voix plus distincte... *



[*] Bonsoir à vous... Ô... Grands...

* hum *

...Saigneurs ! Veuillez m'excuser pour les tourments infligés, il fallait que je vous vois.

En effet, Dame Sacrieuse m'a envoyé en ce misérable monde pour accomplir ma tâche. Comme toute bonne tâche nécessite un support, je risques d'avoir besoin - oh comme je n'aime pas cette expression - de vous.

Mon invocation date du 10ème d'Octolliard de l'année 636 après le 2° Cycle dit du "Tofu fou". Date à laquelle je fis la merveilleuse rencontre d'une de nos élues, Dame Shazya ici présente, c‘est pourquoi j‘appelles ce jour celui de mon invocation car c‘est la première date que j‘ai apprise.


* Il réussi enfin à décrocher ces yeux de ce magnifique bout de Sacrieur toujours maculé de Sang. *

[*] Mes entailles représentent mon Rang dans ce monde.

* Il tire un pan de sa cape dévoilant un torse mutilé à souhait, deux dagues plantés dans deux écorchures judicieusement placées que peu sous les pectoraux. Il dégaine ces deux dagues pour laisser compter les spéctateurs de ce désastre corporel. Tous frémissaient d'horreur à poser leurs yeux sur les cicatrices, tous sauf Shazya qui semblait y trouver une attirance naturelle mais ne semblait pas surprise à cette vision, de fait elle avait déjà vu cela. *

[*] 33 * dit Samus dans un ultime effort pour vérifier son compte *... Il y en a 33, et c'est deux Bashers qu'il porte dans son torse.

[*] Très bon sens de l'observation, je me dois de l'avouer. Les dagues sont bien des Bashers, oui. C'est une tradition ancestrale des plus grands de notre Dame. Si on ne peut faire corps avec nos dagues, on n'est pas reconnu comme fier serviteur de cette Dame. Et puis... Il faut l'avouer, l'écoulement constant de Liquide Sacré que procure mes fidèles est une sensation très... prenante.

Bref, revenons en à nos Bouftous.

Mon expérience aux côtés de notre Dame m'a montré maintes et maintes fois la fidélité que nous voue le Vent, j'en ai fais mon élément le plus fidèle. J'ai de même très vite apprit à parler avec les arbres et forêts, par respects pour les plus anciens de ceux-ci je me suis hâté de trouver une hache. Les inscriptions sur son manche sont de l'Ancien Sacrieur, signifiant que je porte la marque du 36° Rang de Bûcheron.

A termes, je m’instruirais en forge et forge magie des épées pour faire de mes fidèles les lames les plus redoutées de toutes ces contrées et envoyer les arrogants Xelors se terrer comme des dragodindes rien qu'en voyant l'éclat de celles-ci.

J'ai moi même amputé mes ailes démoniaques le temps de devenir un Démon de haut rang et de haute renomée.


* L'étrange inconnu reste planté sur le pas de la porte attendant quelconque signe des béligérants toujours éberlués devant ce spectacle... *

**.*.*.*.*.*.*.*.*.*.** »

Note du 22ème d’Octolliard de l’année 636 après le 2° cycle du Tofu Fou
Le Clan du Soleil m’a accepté, après avoir passé la nuit en ville le temps d’attendre la réponse je vais enfin pouvoir retourner me fondre dans mon repère natal qui restera à jamais mon lieu de résidence bien que le Clan ait le sien. De toutes façon, s’ils ont besoin de moi j’ai appris à Shazya à se repérer grâce aux étoiles la nuit puis à connaître les arbres le jour, ce sera donc aisé de m’appeler au besoin, et puis, de toutes manières elle a toujours ses entrées ici.

**.*.*.*.*.*.*.*.*.*.**


[HRP]Suite au prochain épisode...[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Messie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si tu m'tires dessus, jressucite comme le Messie ?
» Le messie sous blister ...
» [FOOT] INTERNATIONAL SOCCER SUPERSTARS
» L'arrivée du Messie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan du Soleil :: Archive de l'ancien Clan du Soleil :: Archives Dofus :: La Guilde :: Présentation-
Sauter vers: